Centre de culture et de création de Miho no Matsubara

À propos du centre de culture et de créativité de Miho no Matsubara « Miho Shirube »

About

Tout en étant représentée dans dans la légende de Hagoromo (la femme-cygne) et dans des œuvres artistiques, Miho no Matsubara et également appréciée en tant que décor mental des Japonais, ayant pénétré dans leur vie quotidienne dans les peintures murales dans les bains publics ou dans des objets usuels.
Par les magnifiques paysages de Miho no Matsubara et par le fait de toucher la beauté au travers de nombreuses œuvres, la créativité et la sensibilité des visiteurs sont stimulées. Nous vous présentons les « connexions invisibles à l'œil nu » que possède Miho no Matsubara avec, par exemple, « les liens mentaux entre le mont Fuji et Miho no Matsubara », mont qui a été reconnu au patrimoine mondial ou « la conscience de la beauté et la sensibilité des Japonais ».

  • Miho no Matsubara

    Présentation facile à comprendre de l'histoire du territoire sacré de Miho, une péninsule à la forme originale dite de cordon littoral.

  • Mt Fuji worship and Miho no Matsubara

    Présentation des croyances anciennes du mont Fuji ainsi que des relations entre le mont Fuji et Miho no Matsubara qui sont pourtant éloignés.

  • Hagoromo Folk Tale (The legend of Hagoromo)

    Comparaison de la légende de la femme-cygne racontée à Miho no Matsubara avec les légendes de la femme-cygne d'autres régions. Présentation d'une Française qui admirait Miho.

  • Source of Artistic Inspiration

    Le paysage que l'on peut voir depuis Miho a attiré de nombreux artistes et leur a inspiré de nombreuses œuvres. Nous présentons des œuvres artistiques qui dépeignent Miho no Matsubara.

  • Further spread of Miho no Matsubara

    In the late Edo period (1603-1868), the depiction of Miho no Matsubara and Mt Fuji together was widespread among ordinary people and was adopted as the subject of various handicrafts and printings.

  • Passing along to the future

    Miho no Matsubara was selected as one of the cultural assets that constitute the UNESCO world cultural heritage site, "Fujisan, sacred place and source of artistic inspiration.

Informations pratiques

Mihoshirube - Centre de culture et de création de Miho no Matsubara
1338-45 Miho, Shimizu-ku, Shizuoka
TÉL.054-340-2100 FAX.054-340-2700
Horaire d'ouverture : de 9 h à 16 h 30 * Ouvert toute l'année

Accès

En train et bus

Environ 13 minutes en train depuis la « gare JR de Shizuoka », descendre à la « gare JR de Shimizu »
Environ 25 minutes en bus en direction de Miho, descendre à l'arrêt « Miho no Matsubara Iriguchi »
Environ 15 minutes à pied depuis l'arrêt « Miho no Matsubara Iriguchi »
Depuis Kashi no Ichi « Ejiri, » à la sortie Est de la gare de Shimizu, descendre à « Miho » via « Hinode, » environ 35 minutes à pied
Environ 5 minutes en bus depuis l'arrêt « S-Pulse, Renshujoiriguchi, embarcadère du bateau-bus », descendre à l'arrêt « Miho no Matsubara Iriguchi » et marcher environ 15 minutes
(Opération peut être modifié en raison de jours de la semaine ou la condition météorologique. Veuillez vous renseigner directement auprès de l'opérateur.)

En voiture

Environ 25 minutes en voiture depuis l'échangeur de Shimizu
Environ 35 minutes en voiture depuis l'échangeur de Shimizu
Parking disponible (173 places)

Guide de plancher

1F

  • Museum Shop

    This shop sells products related to Miho no Matsubara, including souvenirs available only from the Miho no Matsubara Cultural Creation Center. ≫Learn more

  • General information

    The information counter will provide you information on the center and the Miho no Matsubara area, as well as tourist attractions in Shizuoka City. Please feel free to drop by.

  • Earthen-floor hallway

    This includes a gallery of ukiyo-e prints.

  • Foot baths

    You can enjoy a foot bath while viewing Matsubara. Why not relax here at the end of your stroll?

2F

  • Library and hands-on exhibition area

    Exposition sur Matsubara. Pourquoi ne pas jeter un coup d'œil dans un microscope ou toucher un instrument de musique fabriqué en pin ? Vous avez également un libre accès aux livres relatifs à Miho no Matsubara.

  • Bureau de préservation de Matsubara

    Quartier général de la préservation de Miho no Matsubara.

  • Meeting Room

    Contact us if you have any questions.
    Note that these spaces cannot be made available for any commercial, religious or political purposes.

Musique dans le bâtiment

Percussionniste
Tomoo NAGAI

Né à Shuzenji dans la préfecture de Shizuoka. Diplômé du troisième cycle de l'Université des arts de Tokyo. Percussionniste. Participation aux sessions et enregistrement aux genres variés sur la scène musicale. Nombreuses tournées à l'étranger, comme en Indonésie, au Brésil, en France, en Islande, en Lituanie, etc. Au Japon, il est très actif au travers de concerts et de manifestations artistiques et offre ses pièces musicales pour des programmes télévisés, cinématographiques et pour des institutions publiques. Il crée des instruments de musique à partir de matières naturelles et en tire un son inouï et improvise si bien qu'il mérite son surnom de créateur de sons naturels, lui valant d'être apprécié autant au Japon qu'en Europe.

Musique dans le bâtiment du centre de culture et de créativité de Miho no Matsubara, « Otonoki », etc.

Le mont Fuji, le bois de pins, la mer bleue, le ciel bleu, et la légende de Hagoromo. Mon point de départ était comment exprimer par la musique l'image de Miho no Matsubara qui est un magnifique paysage japonais dont le monde peut être fier, et comment jouer dans l'espace du centre de culture et de créativité de Miho no Matsubara.
Je compose et joue de la musique dans le domaine des « percussions » qui est le plus primitif et le plus libre. Comme je désire m'approcher le plus possible des caractéristiques locales du son, je choisis comme thème de « créer de la musique en trouvant un local, sur place, à partir de matériaux locaux ».
Cette fois-ci, j'ai intégré dans ma pièce les sons de la mer, du vent dans une pinède, le gazouillement des oiseaux que j'ai recueillis à Miho no Matsubara, ainsi que le son d’instruments de musiques fabriqués à partir du bois de pin abattus sur le Chemin des Dieux.
Créer un son à partir des matériaux locaux et l'intégrer dans la musique, crée une possibilité d'ouverture dans le monde des percussions, ce que l'on pourrait appeler et je l'appellerais « produire et consommer localement le son. »